La fraude du nom, un entretien avec David Vincent dans la maison Ananda

0
4775
3.9 10 votes
Article Rating

Quelle histoire que de plonger dans tout ce qui ne tourne pas rond sur notre terre !

Mon histoire de maison m’a beaucoup appris. Dans la foulée et grâce à des êtres comme David Vincent, François de Siebenthal et Kaspar Zimmermann, je me suis aussi aperçue que nous ne sommes pas souverains ! Que le ‘NOM’, notre patronyme avec lequel on nous a identifié, appartient à… l’État ! Ce qui nous met sous la tutelle de l’État, ou plutôt, ce qui nous rend esclave du système, juste bon à alimenter la grande machine à sous qui tourne.

Jusqu’à ce que nous fassions une déclaration à l’État pour confirmer que nous sommes bel et bien des ETRES VIVANTS de chair, de sang et d’os, et non pas des êtres “perdus en mer”, pour que nous devenions le seul/la seule administrateur/trice de notre personne juridique !

C’est vraiment toute une histoire de comprendre cela, puis de le vivre. Dans cette interview, je m’aventure avec David dans cette grande jungle de la loi, du droit, de la souveraineté, de personnes juridiques, de corporations. Et même s’il est quasiment impossible d’y voir clair, je commence à apercevoir exactement ICI la grande faille du système, qui se cache encore aux yeux de nous tous. Car aussi longtemps que nous devrons produire pour ‘sur’vivre, aussi longtemps que nous ne savons pas de quoi notre lendemain est fait, aussi longtemps que nous demeurons dans la peur, il nous est quasi impossible de prendre de la hauteur et de voir tout ça d’un autre angle…

Et il est grand temps que nous nous rappelions qui nous sommes.

Ready, steady, go ? Prêts à t’interroger sur ce sujet ?

Bonne écoute… et merci à toutes et à tous pour vos commentaires, vos likes et vos partages !


Je soutiens la Presse Indépendente :
3.9 10 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments