Ce qui fait de J. mon guide et enseignant préféré (bien que j'aime aussi beaucoup Bouddha et Ramana), c'est la pureté de son enseignement et la non-compromission de la radicalité du choix qu'il a fait et nous propose de faire avec lui.

Du pure advaita (non-dualité)

Malgré le fait qu'il a enseigné il y a 2000 ans sur terre et qu'à cette époque le blasphème était passible de la peine de mort, les déclarations de J. et ses actions démontrent qu'il n'avait pas peur de contredire toutes les croyances de cette époque.

Ses déclarations sont sans équivoques concernant le monde et les corps...

"Laisse les morts enterrer leurs morts"
"Mon royaume n'est pas de ce monde ni d'aucun monde"
"N'ai d'attention que pour Dieu et Son Royaume"
"Celui qui ne jeune pas au monde, ne découvrira pas le Royaume"

J.

C'est très clair pour qui veut bien enlever ses œillères.

"Laisse les morts enterrer leurs morts" = Ce que tu crois être (un corps) n'est pas vivant, tu es en train de rêver d'un monde de la mort, ou rien de ce que tu vois n'est vivant, tout y meurt. Ce que les Bouddhistes appellent "le monde de l'impermanence" ou que d'autre appellent "l'Enfer", ou le Samsara et Maya dans l'Hindouisme. Le monde rêvé de l'égo.

"Mon royaume n'est pas de ce monde ni d'aucun monde" = Le corps physique étant de ce monde, J. réfute ici toute identification aux corps mais aussi à tous les Univers (toute la multidimensionnalité du rêve de la séparation), toute la matière et donc aussi tout l'espace temps.

"N'ai d'attention que pour Dieu et Son Royaume" = Pure advaita là encore... J. ne nous dit pas d’amener le Ciel en Enfer ou "de mixer un peu des 2...", J. pointe seulement sur la direction de la sortie du rêve, laquelle est de l'Esprit et non pas du monde du mental fragmenté dans un rêve de séparation. C'est l'invitation à lâcher la croyance que le monde serait réel ! C'est radical et sans compromis.

"Celui qui ne jeune pas au monde, ne découvrira pas le Royaume" = Encore une invitation à ne pas prendre ce monde au sérieux et de se concentrer sur le monde intérieur. Comme Bouddha ou Ramana l'ont fait aussi dans le chemin de réveil de l'Esprit. Ce monde de la séparation est fou et sans espoir, J. ramène l'espoir là ou il doit être : en La Source, dans l'Esprit (et non pas dans un rêve irréel de la séparation).

Et pour terminer simplement sur la parole 13 de l'évangile de Thomas (disponible ici : https://ichoosepeace.love/pursahs-gospel-of-thomas/)

Jésus dit aux disciples : "Comparez-moi à quelque chose et dites-moi à quoi je ressemble."
Simon Pierre lui dit : "Tu es comme un ange juste." Matthieu lui dit, "Tu es comme un maître de sagesse." Thomas lui dit : " Maître, ma bouche est est incapable de dire ce que tu es."
Alors il le prit et se retira, et lui dit trois choses.
Quand Thomas revint vers ses amis, ils lui demandèrent : "Que t'a dit J ?"

Thomas leur dit : "Si je vous dis une des choses qu'il m'a dites, vous prendrez des pierres et vous me lapiderez,  et le feu sortira des pierres et vous consumera."

Le "feu" dans la dernière ligne est la colère de Dieu (croyances de l'époque pour le blasphème), autrement dit, Thomas dit a ses amis que ce que Jésus vient de lui dire est blasphématoire selon leurs croyances juives, et vous devez savoir que la lapidation était la punition juive traditionnelle pour le blasphème, même si elle n'était pas utilisée autant qu'on pourrait l'imaginer.

Ce que J. a dit à Thomas ce jour là, selon l'enseignement de Pursha dans "Et l'Univers disparaitra" est ceci :

De nombreuses personnes se sont demandées ce que J. m'avait dit à l'époque, même si les auteurs du Nouveau Testament - qui avaient l'impression d'être en concurrence avec mon Évangile - ont présenté Pierre comme l'élève préféré de J. au lieu de moi. Je vous ai dit qu'ils m'avaient snobé.

Quoi qu'il en soit, J ne se souciait pas de sa propre sécurité lorsqu'il s'agissait de proférer des blasphèmes.

S'il m'a dit de ne pas répéter ces paroles, c'était pour me protéger.

 

Ce sont les trois choses qu'il m'a dites ce jour-là :

"Tu rêves d'un désert, où les mirages sont tes souverains et tes tourmenteurs, et pourtant ces images viennent de toi.
Le Père n'a pas fait le désert, et ta maison est toujours avec Lui.
Pour revenir, pardonne à ton frère, car alors seulement tu te pardonnes à toi-même"

Là encore on retrouve le message sans compromission de Jésus :

1- Le monde est une illusion et n'a pas été créé par Dieu, c'est TA fabrication, TON rêve (non-réel donc innocent par son inexistence).

2- Le pardon comme outil de libération de l'illusion.

3- Seul Dieu est LA VIE et la seule réalité.

C'est une invitation à lâcher la croyance en l'idée de séparation, les symboles de culpabilité qui en découlent (le monde), en voyant qu'il ne s'est rien passé en réalité et que tu te réveilles à la maison (En Dieu) ou tu as toujours été.

Il remet l'espoir là ou il doit être, dans LA VIE, LA VÉRITÉ, DIEU, tout simplement? Tout en nous demandant de lâcher le monde de la mort (en nous pardonnant nos illusions).

La mort est du corps, mais les corps n'existent pas.

La Vie est de l'Esprit.

Entre les deux J. nous propose de choisir à nouveau, et le choix est simple.

Soit tu continues de croire que la séparation s'est produite. Et le rêve continue.

Soit tu reconnais que tu n'a jamais été ni séparé ni différent de Dieu. Et tu te réveilles.

Les idées ne quittent pas leur Source, quand tu reconnais que tu es La Vie créée par extension de Dieu Lui-même, le réveil devient possible enfin !

Mais Dieu n'a rien a voir avec ce monde ! Et ces corps !

La séparation d'avec ta Source ne s'est jamais produite, c'était un rêve ! Une illusion ! Ce monde est un rêve et J. s'en est réveillé tout comme tu peux t'en réveiller car "lui et toi" êtes le même, le Christ, car Dieu qu'a qu'Un Fils.

Ce message est plein de Lumière, plein d'Amour, il invite à lâcher la mort pour se réveiller à La Vie.

Les gnostiques savaient eux aussi que ce monde n'avait pas été créé par Dieu, mais ils ont fait l'erreur de le diaboliser, de le juger, au lieu de voir qu'il est une école du pardon et qu'au final n'est rien, et donc innocent, ce qui est le pardon véritable, et la voix de libération. Le juger le rend réel pour toi, le pardonner t'en libère.

Merci J. !

Avec amour,

L.


La playlist deezer :
S’abonner
Notification pour
guest

Optionally add an image (JPEG only)

2 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Robert
Robert
Jan 7, 2023 7:31

Les textes biblique ne font pas fiables et ils ont été édités par l’empereur romain Constantin et ses sbires de l’époque. Si on est en vie c’est pour vivre et pas juste s’isoler dans un refuge qu’il soit samadhi ou dimanche :-). L’évasion temporelle est aussi un piège pour maintenir… Lire la suite »