Wikipédia : Une opération de désinformation ?

0
1724
0 0 voter
Évaluation de l'article

Wikipédia est généralement considéré comme une encyclopédie en ligne ouverte, transparente et surtout fiable. Pourtant, en y regardant de plus près, il s’avère que ce n’est pas le cas.

En fait, la Wikipédia anglaise, avec ses 9 milliards de pages vues par mois dans le monde, est gérée par seulement 500 administrateurs actifs, dont la véritable identité reste souvent inconnue.

De plus, des études ont montré que 80 % de l’ensemble du contenu de Wikipédia est écrit par seulement 1 % de tous les éditeurs de Wikipédia, ce qui, là encore, ne représente que quelques centaines de personnes pour la plupart inconnues.

Il est évident qu’une telle structure non transparente et hiérarchique est susceptible de corruption et de manipulation, les fameux “éditeurs payés” engagés par les entreprises n’en étant qu’un exemple.

En effet, déjà en 2007, des chercheurs ont découvert que des employés de la CIA et du FBI éditaient des articles de Wikipédia sur des sujets controversés, notamment la guerre en Irak et la prison militaire de Guantanamo.

Toujours en 2007, les chercheurs ont découvert que l’un des administrateurs anglais de Wikipédia les plus actifs et les plus influents, appelé “Slim Virgin”, était en fait un ancien informateur des services de renseignement britanniques.

Plus récemment, un autre rédacteur en chef de Wikipédia très prolifique, portant le faux nom de “Philip Cross”, s’est avéré être lié aux services de renseignement britanniques ainsi qu’à plusieurs journalistes de grands médias.

En Allemagne, l’un des rédacteurs de Wikipédia les plus agressifs a été démasqué, après une bataille juridique de deux ans, en tant qu’agent politique ayant servi dans l’armée israélienne en tant que volontaire étranger.

Même en Suisse, des employés du gouvernement non identifiés ont été pris en train de blanchir les entrées de Wikipedia sur les services secrets suisses juste avant un référendum public sur l’agence.

Beaucoup de ces Wikipedia personae éditent des articles presque toute la journée et tous les jours, ce qui indique qu’il s’agit d’individus très dévoués ou, en fait, d’un groupe de personnes.

En outre, les articles édités par ces personnes ne peuvent pas être facilement révisés, puisque les administrateurs susmentionnés peuvent toujours annuler les changements ou simplement bloquer les utilisateurs en désaccord.

Le but premier de ces campagnes secrètes semble être de pousser les positions des gouvernements occidentaux et israéliens tout en détruisant la réputation des journalistes et des politiciens indépendants.

Les articles les plus touchés par ce type de manipulation comprennent des sujets politiques, géopolitiques et certains sujets historiques ainsi que des biographies d’universitaires, de journalistes et de politiciens non-conformistes.

Sans surprise, le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, un ami de l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair et un “jeune leader” du forum de Davos, a défendu ces opérations à plusieurs reprises.

En parlant de Davos, Wikimedia a lui-même amassé une fortune de plus de 160 millions de dollars, donnés en grande partie non pas par des étudiants paresseux, mais par de grandes entreprises américaines et des fondations influentes.

De plus, les médias sociaux et les plateformes vidéo américaines se réfèrent de plus en plus à Wikipédia pour encadrer ou combattre des sujets “controversés”. Les révélations évoquées ci-dessus peuvent peut-être aider à expliquer pourquoi.

Déjà, le dénonciateur de la NSA Edward Snowden a révélé comment les espions manipulent les débats en ligne, et plus récemment, un cadre supérieur de Twitter s’est révélé être un officier “psyops” de l’armée britannique.

Pour ajouter au moins un certain degré de transparence, des chercheurs allemands ont développé un outil de navigation gratuit appelé WikiWho qui permet aux lecteurs de coder en couleur qui a édité quoi dans Wikipedia.

Dans de nombreux cas, le résultat semble aussi inconfortable qu’on pourrait le penser.
WikiWho / WhoColor

Références supplémentaires :

Ordinateurs de la CIA et du FBI utilisés pour les éditions de Wikipédia (Reuters, 2007)
Wikipédia et les services de renseignements (OhMyNews, 2007)
Les espions dans Wikipédia (Computerra Magazine, 2007, archivé)
Ce que nous savons de SlimVirgin (Revue Wikipedia, 2007)
Wikipédia et les espions – Le remake ? (Intel Today, 2018)
L’éditeur mystère de Wikipédia ciblant les sites anti-guerre (ML, 2018)
Wikipédia : Pourri jusqu’à la moelle (Helen Buyniski, 2018)
Il est temps d’abandonner Wikipédia ? (Analyse des cinq filtres, 2018)
Le scandale des éditions Wikipédia continue (Neil Clark, 2019)

Source : https://swprs.org/wikipedia-disinformation-operation/


Je soutiens la Presse Indépendente :
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments