Le CDC admet devant la Cour Fédérale qu’ils n’ont aucune preuve que “Les vaccins ne causent pas l’autisme”.

1
5044

Le CDC admet devant la Cour Fédérale qu’ils n’ont aucune preuve que “Les vaccins ne causent pas l’autisme”.

Le 1 mai 2020 par Edward Morgan

Par Joe Martino,

EN BRIEF

Les faits : Dans un récent procès, le CDC a admis devant un tribunal fédéral qu’il n’avait aucune étude, preuve ou science prouvant que les vaccins ne causaient pas l’autisme.

Réfléchissez : pourquoi ont-ils menti pendant des années à ce sujet ? Pourquoi ont-ils mené une campagne médiatique massive pour faire honte à ceux qui remettaient en question les vaccins ? Pourquoi ont-ils inventé le terme “anti-vaxxer” pour donner une image négative des gens qui remettent les vaccins en question ?

C’est vraiment une histoire qui fait l’effet d’une bombe quand on en comprend toutes les implications, mais les grands médias n’y toucheront probablement pas. Les gros titres pourraient se lire comme suit : “Dans un procès époustouflant, le CDC admet qu’il n’a aucune preuve que les vaccins ne causent pas l’autisme” – mais au lieu de cela, des broutilles. Les organisations médiatiques indépendantes comme la CE sont obligées de raconter ces histoires, et risquent en même temps d’être davantage diabolisées pour avoir dit la vérité que le public devrait connaître.

Bien sûr, nous savons aussi que depuis que la portée des médias indépendants a été réduite, il est très difficile de diffuser des histoires comme celle-ci et nous comptons sur vous, cher lecteur, pour faire passer le message.

En date du 2 mars 2020, le CDC a admis devant un tribunal federal  qu’il n’avait aucune preuve que les vaccins administrés aux bébés ne causaient pas l’autisme.

Pendant des années, ils ont prétendu que des études avaient été faites, que les preuves étaient claires et qu’il y avait un consensus : “les vaccins ne causent pas l’autisme”. Et pourtant, c’était un mensonge.

Une organisation appelée Informed Consent Action Network (ICAN) a contribué à cette conclusion. Comme ils l’ont déclaré dans leur propre communiqué de presse:

En été 2019, ICAN a soumis au CDC une demande en vertu de la loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act, FOIA) demandant “toutes les études sur lesquelles le CDC se fonde pour affirmer que le vaccin DTaP ne provoque pas l’autisme”.  ICAN a également soumis cette même demande pour les vaccins HepB, Hib, PCV13 et IPV, et a demandé aux CDC de fournir des études pour soutenir que l’exposition cumulée à ces vaccins pendant les six premiers mois de vie ne cause pas l’autisme. Malgré des mois de demandes, le CDC n’a pas réussi à produire une seule étude spécifique en réponse à ces demandes de la FOIA. ICAN a donc été obligé de poursuivre le CDC devant un tribunal fédéral, où le CDC a finalement concédé, dans une stipulation signée par un juge de la Cour Fédérale, qu’il n’avait aucune étude pour soutenir qu’aucun de ces vaccins ne causait l’autisme.

En bref, le CDC a fourni une liste d’études qui devaient affirmer que les vaccins ne causaient pas l’autisme, seulement, aucune de ces études en a apporté la preuve. Une partie de la liste était une étude récente de l’Institute of Medicine (IOM), financée par le CDC. Cette étude a procédé à un examen complet des études relatives au vaccin DTaP. Elle cherchait à déterminer si le vaccin provoque ou non l’autisme.

L’OIM n’a pas été en mesure d’identifier une seule étude soutenant que le DTaP ne cause pas l’autisme. En revanche, elle a trouvé une étude unique qui a établi un lien entre le DTaP et l’autisme.

Alors, pendant des années, le CDC a prétendu à tort que “les vaccins ne causent pas l’autisme”. Cette affirmation n’était basée sur aucune preuve, aucune étude, aucune science, juste des spéculations. À leur tour, les personnes qui ont remis en question les vaccins ont été qualifiées d’anti-vaxxers, de non scientifiques et d’extrémistes dans leurs opinions, mais ont-elles eu tort de prétendre que les vaccins pouvaient causer l’autisme et qu’elles ne se sentaient pas en sécurité ? Cela ne semble pas être le cas si l’on considère qu’un examen des données scientifiques et des preuves disponibles suggère qu’il est très probable que les vaccins jouent un rôle dans l’autisme. Cela, comme nous le savons maintenant, n’a pas été démenti ni pleinement prouvé.

Le détail qui nous touche de près ici à CE est que les vérificateurs des faits ont fournis de fausses déclarations sur le contenu de nos vaccins, affirmant que “les vaccins ne causent pas l’autisme”. Cela a conduit à une réduction de notre portée et à la destruction presque complète de notre entreprise en raison de la démonétisation.

Pourtant, d’où ces vérificateurs de faits avaient-ils tiré leurs informations ? Du CDC. Et maintenant nous savons que le CDC n’a jamais eu les preuves pour étayer les déclarations qu’il a faites, et que les enquêteurs étaient en fait dans l’erreur ou vraiment mal informés. Ces fausses affirmations du CDC ont également conduit à la création d’une culture d’acceptation aveugle des vaccins même s’il n’y a aucune preuve qu’ils sont sans danger.

Cela conduit au défi que peu de gens réalisent à propos des organisations qui vérifient les faits comme Snopes, ou ceux qui travaillent sur Facebook ; ce qu’e les gens font, c’est se tourner vers les grandes organisations et le gouvernement pour obtenir leurs “faits”. Et ces fameux faits l’emportent sur tout ce qui est mis en avant et qui conteste ces “faits”. Ainsi, les vérificateurs de faits ne sont que des fournisseurs de faits générés par les gouvernements et les grandes entreprises. Certains sont également payés par ces grandes entreprises.

“Les données les plus récentes du CDC démontrent qu’un enfant sur 36 né cette année aux États-Unis développera l’autisme, […] C’est une véritable épidémie. Si le CDC avait consacré les mêmes ressources à l’étude des vaccins et de l’autisme, comme il l’a fait à mener une campagne médiatique contre les parents qui prétendent que les vaccins sont à l’origine de l’autisme de leur enfant, le monde serait meilleur pour tous”.

Le CDC se plaint que ceux qui soulèvent des inquiétudes sur la sécurité des vaccins ne sont pas scientifiques et sont mal informés” […] “Mais lorsque nous avons demandé au CDC de produire des études pour étayer son affirmation selon laquelle “les vaccins ne causent pas l’autisme”, il est clair que cette affirmation n’est pas fondée sur la science”. – Del Bigtree, fondateur de l’ICAN

De nombreuses études scientifiques montrent que les vaccins pourraient, de différentes manières, être liés à l’autisme. Prenons l’exemple de l’aluminium. Une étude publiée en 2018 a découvert la présence de grandes quantités d’aluminium dans le tissu cérébral des sujets atteints d’autisme :

L’exposition humaine à l’aluminium a été imputée au TSA, avec des conclusions équivoques  [7][8][9][10].

Jusqu’à présent, la majorité des études ont utilisé les cheveux comme indicateur de l’exposition humaine à l’aluminium, tandis que l’aluminium présent dans le sang et l’urine a également été utilisé dans une mesure beaucoup plus limitée. Les vaccins pédiatriques qui contiennent un adjuvant à l’aluminium sont une mesure indirecte de l’exposition des nourrissons à l’aluminium et leur utilisation croissante a été directement corrélée à l’augmentation de la prévalence des TSA

 [11]. Les modèles animaux des troubles du spectre autistique continuent de soutenir un lien avec l’aluminium et avec les adjuvants d’aluminium utilisés chez les humains.

Source: https://www.collective-evolution.com
Traduction Estelle Petite Étoile


Je soutiens la Presse Indépendente :
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Mr.S
Membre
Mr.S
Mai 8, 2020 5:43

Merci pour la news 🙂 Pour remettre un peu les choses en perspective j’invite tout le monde à regarder cet excellent documentaire sur le lien des vaccins et de l’autisme : “Vaxxed : De la dissimulation à la catastrophe” https://www.youtube.com/watch?v=PuIxfIj-F_k&feature=youtu.be Il y a également un second documentaire : “Vaxxed II”,… Lire la suite »