Wingmakers : Briefing et historique du projet (découverte du site, des artefacts et de la capsule temporelle)

1
3008

En 1972, dans une section isolée du nord du Nouveau-Mexique, un groupe de randonneurs a découvert un artefact inhabituel et des pictogrammes dans un canyon obscur. Un archéologue de l’Université du Nouveau-Mexique a analysé l’artefact et fouillé la zone où il a été découvert, mais n’a trouvé aucun signe qu’une culture préhistorique avait établi un site permanent dans le canyon. Il était présumé qu’une tribu indienne indigène nomade avait utilisé le canyon à titre temporaire et avait laissé quelques artefacts de leur présence en conséquence.

Il y avait cependant deux questions très déroutantes. Tous les artefacts sauf un pourraient être datés du 8e siècle après JC. L’exception, connue sous le nom d’artefact de «boussole», semblait être une forme inhabituelle de technologie, et a été trouvée parmi des artefacts plus typiques comme la poterie et les outils simples. La boussole était couverte d’étranges symboles hiéroglyphiques, dont certains ont également été trouvés sur la poterie. Deuxièmement, les pictogrammes qui ont été trouvés dans la région étaient inexplicablement apparus, et ils étaient remarquablement différents de tous les autres pétroglyphes indigènes ou art rupestre trouvés dans le sud-ouest ou tout le continent d’ailleurs.

En raison de ces deux anomalies, les artefacts et l’ensemble du projet sont rapidement devenus la propriété du gouvernement américain, ou plus précisément de la National Security Agency (NDT : Agence de Sécurité Nationale). Il a été décidé que ces artefacts pourraient suggérer une présence extraterrestre préhistorique sur terre, et que la NSA avait le programme approprié et les moyens de lancer une expédition scientifique à grande échelle pour déterminer la nature et l’importance du site.

Le site a été complètement fouillé par un service secret de la NSA en 1973, mais cela n’a abouti qu’à quelques découvertes supplémentaires, et aucune d’entre elles n’a été désignée comme technologie ou preuve d’une présence extraterrestre. Des symboles pictographiques supplémentaires ont été trouvés, mais leur décodage a été un processus difficile et frustrant. Des experts ont été appelés pour aider, mais il n’a pas été possible de parvenir à un consensus sur la signification des pictogrammes. Dès que le projet est devenu une enquête prioritaire, il est tombé dans les archives de la NSA sous le nom de code Ancient Arrow.

Vingt et un ans plus tard, en 1994, une série de glissements de terrain a ouvert une section du site de Ancient Arrow. Le canyon se trouvait dans une section naturellement obscure du parc détenue par l’État du Nouveau-Mexique. Après sa découverte en 1972, il avait été officiellement interdit aux randonneurs et aux campeurs et devait être laissé dans son état naturel. De temps en temps, des scientifiques – parrainés par la NSA – visitaient le site dans l’espoir de découvrir de nouvelles preuves, mais étaient invariablement déçus.

Peu de temps après le glissement de terrain, une petite équipe d’agents de la NSA a visité le canyon de la Ancient Arrow pour effectuer des recherches de suivi. Ils ont découvert que le glissement de terrain avait exposé une entrée à une caverne cachée qui menait profondément dans les parois du canyon.

À l’arrière de cette caverne, l’équipe de recherche a découvert une entrée bien cachée à l’intérieur de la paroi du canyon ou de la structure rocheuse du site Ancient Arrow. Là, ils ont trouvé un système de tunnels et de chambres taillés dans de la roche solide. Il y avait un total de 23 chambres, toutes étroitement liées à un couloir intérieur, et chaque chambre contenait une peinture murale spécifique, une série de pictogrammes, des hiéroglyphes écrits et ce qui semblait être des technologies étrangères dormantes.

Une fois cette entrée de la caverne découverte, un rapport a été immédiatement déposé auprès du directeur responsable du projet Ancient Arrow. Le projet a ensuite été officiellement placé sous la juridiction de l’Advanced Contact Intelligence Organisation (ACIO), qui a organisé une équipe de recherche interdisciplinaire pour évaluer la nature exacte du site et tenter de découvrir des artefacts supplémentaires ou des preuves d’une visite extraterrestre.

L’ACIO est un service secret ou non reconnu de la NSA. Son siège social est situé en Virginie, mais il possède également du personnel en Belgique, en Inde et en Indonésie. Ils sont largement inconnus, même pour les principaux dirigeants de la NSA. L’ACIO est l’organisation la plus discrète de toute la communauté du renseignement. Son programme est de rechercher, d’assimiler et de reproduire toutes les technologies ou découvertes d’origine extraterrestre. Son personnel se compose principalement de scientifiques qui sont totalement anonymes, mais reçoivent des salaires supérieurs à 400 000 $ par an en raison de leur habilitation de sécurité et de leur QI. Cette organisation secrète possède non seulement une énorme puissance cérébrale, mais elle possède également des technologies bien en avance sur tout autre centre de recherche sur la planète. Ils sont, en un mot, privilégiés.

Les artefacts trouvés sur le site de Ancient Arrow étaient pratiquement incompréhensibles pour l’équipe de recherche. Il y avait beaucoup de mystères. Pourquoi une culture avancée laisserait-elle ses artefacts d’une manière aussi précise et apparemment ordonnée? Quel était le message qu’ils essayaient de laisser derrière eux? Quelles étaient leurs technologies et pourquoi les ont-elles laissées derrière? Les créateurs de ce site se sont-ils mêlés aux tribus indigènes ou sont-ils restés une culture isolée? Qui étaient-ils et pourquoi étaient-ils ici au VIIIe siècle? Prévoyaient-ils de revenir? Ce ne sont là que quelques-uns des mystères qui ont mis l’équipe de recherche au défi.

Tout au long des sept mois de restauration, de catalogage et d’analyse, le projet Ancient Arrow a été une énigme complète. Une plus grande partie de l’énergie est allée à la préservation sûre des artefacts, plutôt que d’essayer de résoudre le puzzle de leur existence, bien que les spéculations aient été un sujet de chaque conversation. Progressivement, une hypothèse a été structurée par l’équipe de recherche selon laquelle une culture extraterrestre a établi une colonie terrestre au 8ème siècle et s’est isolée au sein du canyon de la Ancient Arrow. Ils ont apporté avec eux une mission très précise de laisser derrière eux une « capsule temporelle » massive qui allait être découverte à la fin du 20ème siècle. Alors que la nature exacte de la capsule temporelle n’était pas claire pour l’équipe de recherche, il semble probable que c’était un échange culturel de quelque sorte et n’avait pas d’intention invasive pour la Terre ou ses habitants.

Il a fallu à une équipe de chercheurs près de deux ans après la fin de la restauration pour déchiffrer une signification partielle des artefacts de la chambre. Les 23 chambres séparées semblaient être reliées entre elles pour former un message spécifique ou une mission déterminée. Dans la 23e et dernière chambre, ils ont récupéré un petit disque optique qui était censé contenir des informations numériques qui pourraient être la clé pour déchiffrer les artefacts. Les scientifiques ont analysé le disque avec impatience, mais ils n’ont pas pu trouver comment accéder à son contenu.

Les meilleurs experts en informatique de l’ACIO ont été appelés pour essayer de déverrouiller le disque encodé, mais en vain. Plusieurs mois ont été consacrés à essayer toutes les méthodes imaginables pour accéder au contenu du disque, mais rien n’a fonctionné. Le projet Ancient Arrow, pour la première fois en près d’un an, avait atteint une impasse et le financement du projet a été rapidement sevré par l’ACIO.

Après deux autres mois d’efforts infructueux, il a été décidé que la technologie permettant d’accéder au disque n’était tout simplement pas disponible. Le disque optique et tous les artefacts et découvertes seraient soigneusement placés dans un stockage sécurisé jusqu’à ce que les technologies soient disponibles pour déverrouiller le disque et récolter son contenu. Il était présumé que le disque contenait des cartes stellaires, des index de traduction, des glossaires et toutes les réponses aux divers mystères de ses créateurs et, peut-être plus important encore, leurs intentions pour la terre.

Alors que le disque optique était considéré comme la clé pour déverrouiller le sens de la capsule temporelle, l’ACIO n’avait pas d’autre choix que de placer le projet en mémoire et d’attendre l’arrivée de technologies qui lui permettraient de déverrouiller le disque. Cependant, deux scientifiques de l’équipe de recherche ont émis l’hypothèse que le disque pouvait être déverrouillé en comprenant la signification des peintures murales dans chacune des 23 chambres. Dans leur esprit, ce n’était pas une solution technologique complexe, mais plutôt une solution linguistique ou de traduction qui déverrouillerait le disque.

Après beaucoup de persuasion, l’ACIO a accepté de permettre aux deux chercheurs d’assembler une réplique du contenu de la capsule temporelle. La réplique de la capsule temporelle était composée de dessins détaillés et de photographies de tous les artefacts de chacune des 23 chambres, y compris des photographies détaillées et à haute résolution des peintures murales. Les deux scientifiques seraient autorisés à poursuivre leurs recherches sur leur propre temps à condition de garder le plus grand secret et de rapporter toutes leurs conclusions directement au chef de la division ACIO et au directeur du projet.

Le disque optique a été stocké en toute sécurité dans une chambre forte au sein de l’ACIO. Le projet a été officiellement suspendu pour une durée indéterminée et tout le personnel associé au projet a été réaffecté (avec promotions) à différents projets. Le projet Ancient Arrow ne devait plus être évoqué jusqu’à ce que les technologies ou d’autres moyens fournissent un moyen de déverrouiller le disque optique et d’accéder à son contenu.

Les scientifiques ont passé près de cinq mois en partenariat, essayant sans succès de décoder les artefacts de la Ancient Arrow et d’établir les moyens de déverrouiller le disque optique. Pendant ce temps, l’ACIO a régulièrement expérimenté de nouvelles technologies ou méthodes, et elles aussi n’ont pas réussi à déverrouiller le contenu du disque optique.

Un jour, à la fin de l’été 1996, l’un des scientifiques (un expert en linguistique) a compris comment déverrouiller le disque optique en réduisant les symboles des peintures murales à leur fac-similé le plus proche trouvé dans un ancien texte sumérien. Bien que la langue sumérienne soit éteinte, il était suffisamment compréhensible pour ce scientifique qu’il était capable de décoder les symboles des peintures et, en plaçant les 23 mots dans le même ordre que les chambres des Ancient Arrow, il a finalement pu déverrouiller le disque optique.

Le lien entre la langue sumérienne et la capsule temporelle était la percée que l’équipe ACIO attendait. Un simple ensemble de 23 mots a permis d’obtenir plus de 8 000 pages de données du disque optique. Malheureusement, les données étaient incompréhensibles car il n’y avait aucun jeu de caractères dans l’ordinateur qui pouvait émuler les hiéroglyphes et les symboles inhabituels de la langue. Ainsi, un index de traduction devait être développé, ce qui a pris six mois supplémentaires.

Enfin, une fois qu’un index de traduction a été programmé dans l’ordinateur, les données, alors qu’elles pouvaient être imprimées ou visualisées sur le moniteur sous sa forme hiéroglyphique, nécessitaient toujours une traduction en anglais. Et ce processus de traduction était extrêmement fastidieux et ne pouvait pas être facilité par les ordinateurs, en raison de la subtilité de la langue et de sa connexion complexe avec les peintures murales et les représentations pictographiques ailleurs dans le site de Ancient Arrow.

Comme des traductions partielles ont commencé à se développer, il a été déterminé que même à l’intérieur du disque optique, il y avait une segmentation des données en 23 unités. Chaque unité semblait correspondre à une chambre spécifique. Au fur et à mesure que les deux premières chambres ont commencé à être traduites, il a été démontré que chaque unité contenait des articles philosophiques et scientifiques, de la poésie, de la musique et une introduction à la culture et à l’identité de ses créateurs.

Les créateurs de la capsule temporelle se sont appelés WingMakers. Ils représentaient une future version de l’humanité qui a vécu quelque 750 ans dans notre avenir. Ils prétendaient être des porteurs de culture, ou ceux qui apportent les graines de l’art, de la science et de la philosophie à l’humanité. Ils avaient laissé un total de sept capsules temporelles dans différentes parties du monde à découvrir selon un plan bien orchestré. Leur objectif apparent était d’aider les prochaines générations d’humains à développer une culture mondiale; un système unifié de philosophie, de science et d’art.

Au début de 1997, le scientifique ACIO qui avait à l’origine découvert le code d’accès pour le disque optique est devenu étrangement sympathique avec la mission des WingMakers. Il était convaincu que l’ACIO ne partagerait jamais la découverte avec le public, et il était certain qu’elle était trop importante pour être refusée. Il a également affirmé qu’il était en communication avec les WingMakers et qu’ils surveillaient les progrès de l’ACIO et mettraient, le moment venu, la capsule temporelle et son contenu à la disposition du public.

Cette affirmation a troublé l’ACIO et en particulier le directeur du projet Ancient Arrow, qui a finalement recommandé un congé pour le scientifique et a été sommairement renvoyé du projet. Le scientifique avait peur que ses souvenirs soient falsifiés ou détruits complètement, et il a donc fait défection de l’ACIO, littéralement le premier à le faire.

Peu de temps après sa défection, le scientifique a disparu. Cependant, avant sa disparition, certains de ses documents concernant les WingMakers et leur capsule temporelle ont été remis à un journaliste qu’il avait choisi au hasard.

L’auteur de ce document est ce journaliste. Je possède des photographies, de la musique, de la poésie, des œuvres d’art, des index de traduction, des copies de documents secrets et une variété de textes philosophiques traduits qui découlent tous du projet Ancient Arrow. J’ai pris toutes les précautions pour rester anonyme, donc je ne peux pas être retrouvé. Je suis convaincu que ces documents sont publiés contre la volonté d’une organisation secrète qui a probablement des pouvoirs que même notre gouvernement ignore.

Avant que le scientifique de l’ACIO ne me contacte (que j’appellerai ci-après le Dr Anderson), je ne ressentais que peu ou pas d’intérêt pour les questions liées aux voyages dans le temps, aux extraterrestres, aux organisations secrètes ou à toute autre chose similaire à ces questions. Quand j’ai entendu l’histoire pour la première fois, cela semblait absurde, mais j’ai gardé mon objectivité journalistique, et j’ai rencontré le Dr Anderson et j’ai conclu à contrecœur qu’il serait peu probable qu’une personne fabrique cette histoire avec des détails et des preuves à l’appui, puis que je souhaite rester anonyme.

Le Dr Anderson avait apporté des fichiers de photographies et de dessins de technologies étranges qui avaient d’étranges symboles gravés sur leurs boîtiers extérieurs. Rapports de recherche référençant les tables de traduction, les protocoles de chiffrement, les graphiques en étoile et des dizaines de notes de service des chefs de département ACIO discutant du projet Ancient Arrow. Tout, y compris environ 400 pages de texte philosophique, avait une authenticité que je ne pouvais ni reprocher ni ignorer.

En toute justice pour ceux qui suggèrent que je devrais enquêter plus avant afin d’obtenir une corroboration indépendante avant de présenter ces documents, permettez-moi de dire que je ne suis pas en mesure de corroborer son histoire en raison de la nature même de l’ACIO. Cependant, pour une raison quelconque, je fais confiance au Dr Anderson qui m’a donné ces documents. Il ne m’a rien demandé. Il ne voulait ni argent ni reconnaissance. Sa seule demande était que je décide de la meilleure façon de mettre ces documents à la disposition du public. Il m’a conseillé de ne pas enquêter sur l’ACIO parce qu’il était convaincu que la NSA utiliserait des tactiques de désinformation qui me feraient simplement perdre mon temps et rendraient l’objectif de publier ces documents difficile, voire impossible.

Je n’ai contacté aucun autre bureau du gouvernement parce que le Dr Anderson m’a dit que cela serait retracé par l’ACIO qui avait des agents de haut niveau à la fois dans la NSA et la CIA, et, au mieux, n’inviterait que des tactiques de désinformation d’un ou les deux. Je suis en possession de certains documents que je soustrairai du site Web des WingMakers, mais si quelque chose devait m’arriver, je me suis arrangé pour que ces documents soient partagés avec les principales sociétés de médias que je connais. Ce sont mes seules garanties en présentant ces documents.

Mon seul intérêt est la publication de ces documents au public, et ensuite ils peuvent décider quoi faire à leur sujet. Ils peuvent vouloir faire pression sur leurs politiciens ou prendre d’autres mesures, c’est leur choix. Je suis convaincu que cette histoire est trop importante pour être tenue entre les mains d’une organisation d’élite dont le seul intérêt est de réorganiser les technologies trouvées sur le site de Ancient Arrow et de les appliquer à leur propre agenda; peu importe la noblesse de ce programme.

Je me rends également compte que le fournisseur de services Internet qui héberge ce site Web peut être examiné de près, mais si une pression est exercée sur ce FAI pour qu’il abandonne son service d’hébergement pour ce site, cela peut également m’obliger à distribuer les documents auxquels j’ai fait référence. plus tôt. Soyons clairs, ces documents fournissent des preuves incontestables de cette organisation secrète connue sous le nom d’ACIO, et ses dirigeants d’élite sont nommés et leurs véritables identités sont révélées.

J’ai passé les derniers mois à agoniser sur la façon dont ces documents devraient être présentés, et il semblait plus approprié de les placer sur Internet pour permettre à un public mondial d’y accéder. J’ai un ami proche qui a créé ce site Web en qui j’ai entièrement confiance. À part cela, personne ne sait ce que j’ai fait ici (y compris l’hôte de mon site Web).

Vous vous demandez peut-être pourquoi j’ai choisi de réserver la divulgation à grande échelle aux médias des documents qui m’ont été fournis par le Dr Anderson. Je peux seulement vous dire que je ne veux pas créer une atmosphère de cirque autour de cette découverte. Cela peut finir par se retrouver dans les médias de masse, mais pour l’instant, mon instinct est de garder un profil bas pour ces matériaux et pour moi-même. Ce faisant, j’espère conserver un certain sens de la dignité de ces artefacts et le laisser grandir à partir de là.

Je n’ai jamais été impliqué dans une histoire approchant de cette importance, et je suis certain que si vous passez du temps sur ce site Web et suspendez votre incrédulité, même pendant quelques minutes, vous verrez combien cette découverte de capsule temporelle est importante. La meilleure façon d’aider est de faire connaître cette découverte et d’ouvrir les yeux de vos représentants politiques. Si vous avez vos propres sites Web, veuillez créer un lien vers le site des WingMakers.

Le Dr Anderson m’avait prévenu que l’ACIO avait une version avancée d’une technologie basée sur ce qu’il appelait la visualisation à distance. Si je comprends bien, le visionnement à distance est la capacité de déterminer où se trouvent les personnes grâce à une sorte de «perception psychique» par une personne formée à cette technologie. Je sais que cela semble tiré par les cheveux, mais le Dr Anderson insistait sur le fait qu’ils avaient cette capacité et que c’était l’une de leurs technologies les plus redoutées par les membres de l’ACIO. En effet, il était connu pour garder leur personnel fidèle. Malheureusement, cela me forcera à rester sous terre et à rester très mobile au cours des prochains mois, alors ne vous attendez pas à trop de changements sur le site Web.

Croyez-moi, je sais que toute cette histoire peut sembler impossible, mais je peux seulement vous dire que j’ai vu des dessins détaillés et des photographies des artefacts tirés du site de la Ancient Arrow, et ceux-ci sont assurément, à mes yeux, pas de cette fois ou le monde. Ils ne ressemblent à rien de ce que j’ai jamais vu. Soit les WingMakers sont réels, soit quelqu’un s’est donné beaucoup de mal pour me convaincre du contraire.

Je ne suis pas ici pour convertir qui que ce soit. Il n’y a personne à convertir. Je veux simplement divulguer ce matériel et laisser chaque individu l’absorber comme bon lui semble. J’ajouterai des documents et des artefacts supplémentaires à partir du site Ancient Arrow lorsque je pense que c’est sûr de le faire, mais pour l’instant, il y a suffisamment de matériel sur ce site pour initier n’importe qui à la culture des WingMakers.

J’espère que vous prendrez le temps de vous plonger dans ces matériaux. Si vous le faites, vous pourriez être surpris du résultat.

Anne (pas mon vrai nom)

Écrit le 23 octobre 1998

SOURCE : https://www.wingmakers.us (qui est une sauvegarde du site original lors de sa mise en ligne initiale avant que le site wingmakers.com ne soit transformé en fausse lumière et grandement distordu au point d’être de la désinformation).


Note spéciale sur les entrevues WingMakers: Avant de lire ces intrigantes entrevues Wingmakers, veuillez d’abord lire un bref mais important message sur le contenu de ce lien. [ NOTA EVEILHOMME: traduit ci-dessous à partir de https://www.wanttoknow.info/wingmakersorig/wingmakersinterviews1 ]

Interviews des WingMakers

Une note importante

Les interviews des WingMakers fournissent des informations qui peuvent être assez dérangeantes pour certaines personnes. Si l’on en croit ces interviews, il existe un groupe secret très puissant, appelé ACIO, qui est chargé de tout ce qui concerne la présence des ET sur cette planète. Ils craignent qu’en 2012, notre planète soit envahie par un groupe d’ET « semblables à des ruches ». Ils sont obsédés par l’idée d’empêcher cette invasion. Si vous examinez l’actuel site web WingMakers, étrangement modifié, à l’adresse wingmakers.com, vous verrez que ceux qui contrôlent maintenant le site ont fait croire que les WingMakers partagent l’objectif de l’ACIO de mettre fin à cette invasion.

Ce n’était pas du tout le cas sur le site original, où les écrits philosophiques et la poésie des WingMakers ne mentionnent rien sur une éventuelle future invasion. Bien que l’invasion soit mentionnée dans les entretiens originaux avec un ancien membre de l’ACIO, l’homme interviewé ne fait aucun lien entre les WingMakers et les efforts de l’ACIO pour arrêter l’invasion. Les interviews originales décrivent l’histoire de ce membre du groupe ACIO qui était clairement imprégné de la peur promue par l’ACIO, mais qui, en voyant et en expérimentant personnellement la sagesse et le pouvoir de transformation des documents des WingMakers, a décidé de rompre le code strict du secret en faisant défection et en mettant ces documents habilitants à la disposition du public.

Les écrits, poèmes et peintures originaux des WingMakers ne faisaient que partager des informations et des inspirations puissantes sur la transformation en cours sur notre planète, sans aucun soupçon de crainte pour notre avenir. Cette transformation décrite par les WingMakers implique le passage à un nouveau paradigme où un nombre toujours croissant de personnes réalisent que les réponses les plus profondes de la vie ne se trouvent pas en cherchant à l’extérieur de nous-mêmes à la manière de l’ancien paradigme hiérarchique, mais plutôt en cherchant à l’intérieur de notre propre essence divine.

En fait, les ET « semblables à la ruche » ou « animus » que les membres de l’ACIO craignent tant peuvent être des ET bénéfiques qui ont développé une spiritualité et une télépathie avancées, et semblent donc être semblables à la ruche. Ou bien il peut s’agir simplement d’un certain nombre d’âmes spirituellement avancées sur notre planète qui développent progressivement la capacité de se relier et de communiquer par télépathie les unes avec les autres, et qui sont fortement orientées vers le bien de l’ensemble – ce qui semble ressembler à une ruche. L’un ou l’autre de ces développements serait très positif, mais l’ACIO le craindrait beaucoup, car ils perdraient une grande partie de leur pouvoir et de leur contrôle, et parce que leurs énormes secrets seraient exposés.

La philosophie des WingMakers affirme clairement que l’univers nous renvoie toujours nos croyances les plus profondes. C’est à chacun d’entre nous de choisir comment nous voulons voir et interpréter tout ce qui se passe dans notre vie et tout ce qui arrive. Plus nous nous ouvrons aux trois principes de transformation des WingMakers, plus notre vie devient facile et fluide. C’est à nous de choisir si nous choisissons de vivre dans la peur, comme le font les membres de l’ACIO dans ces entretiens, ou si nous choisissons de reconnaître la peur comme une invitation à la croissance. Pour en savoir plus sur les étranges changements apportés au site WingMakers, cliquez ici [NDT: lien anglais dont l’article sera traduit et proposé dans la catégorie Wingmakers de ce site].


Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.


Je soutiens la Presse Indépendente :

1
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de
Michel Cecchini
Membre
Michel Cecchini

Merci pour ces révélations
Nous entrouvrons a peine le grand livre de l’univers.