Trump et Q sur l’ennemi invisible – le facteur extraterrestre

0
11239
5 4 votes
Article Rating

Le président Donald Trump et Q (alias QAnon) ont fait de multiples références à un “ennemi invisible”, que les Casques blancs de la communauté du renseignement militaire américaine combattent actuellement dans une “guerre de l’information”. Alors que les grands médias prétendent que Trump ne fait que désigner COVID-19 comme “l’ennemi invisible” qui a affligé les États-Unis et le reste de la planète, ce qui ressort de l’examen du contexte plus large de ses remarques et des messages de Q est que le véritable ennemi auquel Trump fait allusion est un État profond qui a une dimension non humaine qui se trouve derrière la “plandémie”.

Les références répétées de Trump à l’ennemi invisible ont été notées par les principaux médias comme étant simplement un fleuron rhétorique de la lutte contre le virus COVID-19. Par exemple, Jack Shafer, écrivant pour Politico, a déclaré le 9 avril.

Depuis que le président Donald Trump a fait tourner sa contrebande sur le coronavirus à la mi-mars, concédant finalement l’ampleur de la pandémie, il a tenté de qualifier la contagion d'”ennemi invisible”.

Trump a utilisé pour la première fois cette phrase lors d’une conférence de presse du groupe de travail sur les coronavirus le 16 mars, en disant : “Peu importe où vous regardez, c’est quelque chose – c’est un ennemi invisible”. De toute évidence, il s’agit d’une pièce de monnaie consciente destinée à ajouter un assaisonnement Trumpian aux titres, le président s’est assuré de revenir sur cette phrase environ une minute plus tard, en disant : “Je dis juste ceci : Nous avons un ennemi invisible.”

Depuis lors, M. Trump a utilisé cette expression dans des lettres, des remarques, des interviews, des tweets, des blogs vidéo, mais surtout dans le style de la campagne de presse sur le virus qu’il met en scène presque quotidiennement depuis son retournement. Selon la base de données de la Factbase, Trump a exploité l’expression au moins 44 fois dans ce qui semble être son effort pour anthropomorphiser le virus en une chose sensible avec de mauvaises intentions sur l’humanité.

Est-ce là ce que fait Trump avec ses références répétées à un “ennemi invisible” faisant simplement allusion à quelque chose de si petit qu’il ne peut être vu ? Ou fait-il référence à un ennemi invisible qui a orchestré l’émergence de COVID-19 ?

Les références répétées de M. Trump à la Seconde Guerre mondiale, qui ont conduit à la citation suivante, fournissent un contexte suggérant qu’il fait référence à quelque chose de bien plus sinistre derrière le virus mondial qu’un simple événement naturel accidentel :

Pendant la Seconde Guerre mondiale, des jeunes gens se sont portés volontaires pour se battre à l’adolescence. Ils voulaient tellement se battre parce qu’ils aimaient notre pays. Les travailleurs refusaient de rentrer chez eux et dormaient sur le sol des usines pour faire fonctionner les chaînes de montage…. Nous devons nous sacrifier ensemble, car nous sommes tous dans le même bateau et nous nous en sortirons ensemble. C’est l’ennemi invisible. C’est toujours l’ennemi le plus difficile : l’ennemi invisible. Mais nous allons vaincre l’ennemi invisible. Je pense que nous allons le faire encore plus vite que nous le pensions. Et ce sera une victoire complète.

Le contexte plus large des remarques de M. Trump sur l’ennemi invisible indique qu’il s’agit de l’État profond, que lui et son administration ont combattu avant même son inauguration présidentielle.

La guerre civile entre l’administration Trump et l’État profond est une bataille entre ceux qui veulent libérer l’humanité d’un groupe oppressif de contrôleurs mondiaux qui a asservi l’humanité par sa domination des principaux médias et des institutions politiques, financières, culturelles et religieuses pendant des siècles, voire des millénaires.

Des auteurs tels que Jim Marrs, Rule by Secrecy (2001) et William Bramley, Gods of Eden (1993), ont présenté des preuves irréfutables exposant les contrôleurs mondiaux/État profond comme des familles de sang d’élite au pouvoir qui remontent à des colons extraterrestres bannis sur Terre il y a des millénaires. Ils révèlent tous deux que dans le passé lointain de l’humanité, les extraterrestres ont directement régné sur l’humanité, puis ont installé des hybrides humains-aliens pour régner par procuration, comme le décrivent des documents historiques tels que la “Liste des rois” de Sumer et la chronique de Manéthon sur les dirigeants égyptiens pré-dynastiques.

Ces dirigeants hybrides par procuration ont évolué pour devenir les familles de sang au pouvoir qui ont contrôlé l’humanité en coulisses en utilisant des connaissances et des technologies anciennes transmises par leurs seigneurs extraterrestres – des entités reptiliennes, selon Marrs et d’autres.

Dans les années 1930 et 1940, ces familles de sang ont eu accès à des technologies extraterrestres plus récentes et plus puissantes, acquises grâce à des visiteurs hors planète attirés par l’industrialisation rapide de la Terre et le développement imminent des armes atomiques.

L’Allemagne, l’Italie, puis les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Union soviétique, la Russie et la Chine ont tous eu accès à des technologies extraterrestres qui sont devenues les secrets les plus hautement classifiés de leurs complexes militaro-industriels respectifs. Les technologies de pointe ont toutes été développées dans le cadre de programmes compartimentés contrôlés par des élites dirigeantes qui n’avaient pas l’intention de partager ces technologies avec le reste de l’humanité mais simplement de se les approprier pour leur usage exclusif.

Aux États-Unis, ces technologies extraterrestres nouvellement acquises ont été utilisées pour faire avancer les programmes de contrôle nationaux et mondiaux des familles de sang au pouvoir. Des dirigeants nationaux influents qui ne soutenaient pas le programme de contrôle de l’élite, comme le premier secrétaire à la défense américain, James Forrestal, et le président John F. Kennedy, ont été éliminés lors d’un suicide organisé et assassinés en public pour dissuader les autres dirigeants nationaux de résister au programme de contrôle mondial mis en œuvre par l’État profond.

Dans Le dernier combat de Kennedy, j’explique comment et pourquoi Forrestal et Kennedy, qui jouissaient d’une chaleureuse amitié, ont été tués par l’État profond pour leurs efforts respectifs de divulgation ou d’accès à des technologies extraterrestres classifiées, et de révélation des principaux personnages et entités derrière leurs assassinats respectifs.

Aujourd’hui, la Chine a été fortement infiltrée par l’État profond, qui a compromis ses principales institutions scientifiques et militaires. Ce n’est pas un hasard si l’épicentre de l’émergence du virus COVID-19 est la Chine, que l’État profond soutient secrètement depuis la révolution communiste, comme je l’explique dans mon livre, Rise of the Red Dragon, et dans la série de webinaires à venir.

Cela nous amène au président Trump, qui a été recruté par les services de renseignements militaires américains en 2015 pour aider à libérer les États-Unis du pouvoir de l’État profond, dont j’ai parlé précédemment. Trump s’est entouré à la fois de personnalités de l’État profond et de chapeaux blancs pour dissimuler ses véritables intentions.

Les efforts déployés par l’État profond pour empêcher l’élection de Trump, puis pour le démettre de ses fonctions, sont bien illustrés par le canular de la Russie, l’enquête bidon sur son premier conseiller à la sécurité nationale, le général Michael Flynn, et les accusations de mise en accusation forcée de l’Ukraine.

À l’approche des élections du 3 novembre 2020, l’État profond a enfin déchaîné son jeu de cartes de contrôle mondial pour empêcher Trump de remporter une réélection. La “plandémie” de Covid-19 et les troubles civils causés par une guerre raciale artificielle sont tous deux provoqués par un récit incessant des médias grand public, dirigé par l’État profond, qui manipule le grand public pour qu’il renonce à ses libertés civiles. Image du calendrier 2020 !

L’État profond a également pris des dispositions pour que les principales plateformes de médias sociaux censurent les journalistes citoyens et les médias alternatifs, qui sont de plus en plus considérés comme des révélateurs de la vérité par le public en éveil, dégoûté par le porno de la peur non-stop généré par les médias grand public.

C’est là que Q et le mouvement mondial qu’il a engendré deviennent importants pour comprendre l'”ennemi invisible” qui est enfermé dans une lutte à mort en coulisses avec l’administration Trump.

La plupart de ceux qui suivent Q acceptent le fait qu’il représente un groupe d’individus liés à la communauté du renseignement militaire et des fonctionnaires qui sont étroitement liés au président Trump. Les multiples images fournies par Q sont des originaux pris dans le bureau ovale de Trump et Air Force One corroborant les affirmations selon lesquelles le président est directement impliqué. Beaucoup pensent que l’une des signatures utilisées par Q, Q+, est celle de Trump lui-même.

Q, comme Trump, a fait référence à “l’ennemi invisible” qui tente d’asservir l’humanité. Dans un post du 29 juin (#4545), Q a écrit

Si l’Amérique tombe, le monde tombe aussi.
Si l’Amérique tombe, l’obscurité suivra bientôt.
Ce n’est que lorsque nous serons unis, que nous serons unis, que nous pourrons vaincre cet ennemi sombre très enraciné…
Nous vivons à l’époque biblique.
Les enfants de la lumière contre les enfants des ténèbres.
Unis contre l’ennemi invisible de toute l’humanité.
Q

Il est clair que Q ne fait pas référence au virus COVID-19, mais décrit plutôt un groupe puissant d’individus et d’organisations, les “enfants des ténèbres”, alias l’État profond.

Q cite également dans son intégralité une lettre adressée à Trump par l’ancien nonce papal aux États-Unis, l’archevêque Carlo Maria Vigano, qui fait également référence à l'”État profond” comme un ennemi invisible qui tente d’asservir l’humanité :

Il y a des bergers fidèles qui prennent soin du troupeau du Christ, mais il y a aussi des infidèles mercenaires qui cherchent à disperser le troupeau et à livrer les brebis pour qu’elles soient dévorées par des loups voraces. Il n’est pas surprenant que ces mercenaires soient les alliés des enfants des ténèbres et haïssent les enfants de la lumière : tout comme il existe un état profond, il existe aussi une église profonde qui trahit ses devoirs et renonce à ses engagements propres devant Dieu. Ainsi, l’Ennemi invisible, contre lequel les bons dirigeants se battent dans les affaires publiques, est également combattu par les bons bergers dans la sphère ecclésiastique… Unis contre l’Ennemi invisible de toute l’humanité, je vous bénis ainsi que la Première Dame, la nation américaine bien-aimée, et tous les hommes et femmes de bonne volonté.

Vigano assimile une “Église profonde” démoniaque exerçant une influence corruptrice sur les ecclésiastiques honnêtes qui veulent servir l’humanité, l’État profond faisant de même avec le service gouvernemental officiel.

De manière significative, Q a fait allusion à une influence extraterrestre reptilienne sur le Vatican dans un post du 3 avril 2018 (1002) qui contenait un mème avec un serpent et la question : “Si les satanistes prenaient le contrôle du Vatican, le remarqueriez-vous”.

Dans un article examinant le post de Q, j’explique comment l’image du serpent s’inscrit dans le cadre des multiples affirmations d’initiés selon lesquelles les extraterrestres reptiliens contrôlent secrètement le Vatican.

Il ressort clairement de l’examen des références répétées du président Trump à un ennemi invisible, et des références similaires de Q et de l’archevêque Vigano, qu’il fait référence à l’État profond comme étant la véritable menace pour l’humanité. L’examen des individus et des groupes qui composent l’État profond révèle un facteur extraterrestre important dans ses origines et ses opérations.

Si Trump et les Chapeaux blancs parvient à vaincre l’État profond, l’humanité se sera libérée d’un ancien ennemi invisible qui a manipulé les affaires humaines par des événements mondiaux artificiels pendant des siècles, voire des millénaires. Nous vivons vraiment à l’époque biblique, comme l’affirme l’archevêque Vigano, où les enfants de la lumière sont enfermés dans une guerre spirituelle contre les enfants des ténèbres.

Michael E. Salla, Ph.D.

Source : https://www.exopolitics.org/trump-and-q-on-invisible-enemy-extraterrestrial-factor/

——–

Note L. LSG :

Il est important de rappeler que cette bataille est intérieure. Car tout ce que vous voyez autours du corps physique est aussi en vous (vous la Conscience UNE que vous êtes).

Ce qui dissipe les ombres, est la lumière de l’Amour (et surtout pas le jugement ou l’attaque).

La reconnaissance de l’Unité apporte le salut à toutes les parties qui sont en vous et que vous pouvez aussi observer à l’extérieur du corps physique.

Namaste

L.


Je soutiens la Presse Indépendente :
5 4 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments