Accueil Catégories Actualité du monde Psilocybinothérapie : Le remède ancestral qui revient dans la lutte contre la...

Psilocybinothérapie : Le remède ancestral qui revient dans la lutte contre la maladie mentale

0
1258

“Pour moi, je pense que cela m’a vraiment sauvé la vie”, a déclaré le PDG de Numinus, Payton Nyquvest, dans une récente interview avec CityNews TV. Ce à quoi Nyquvest fait référence est la psilocybine, un composé psychoactif présent dans plusieurs espèces de champignons et que beaucoup considèrent comme efficace pour traiter les problèmes de santé mentale, notamment l’anxiété et la dépression.

Après avoir fait l’expérience de ce qu’il considérait comme un remède à sa douleur chronique, Nyquvest a choisi de consacrer sa vie à rendre les psychédéliques accessibles pour traiter la douleur et la souffrance causées par la maladie mentale. Ce dévouement a abouti à la création de Numinus, une société de soins de santé basée à Vancouver qui soutient le désir universel de guérir et d’être bien grâce à un écosystème de solutions de santé centrées sur l’utilisation accessible et fondée sur des preuves de thérapies psychédéliques.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 264 millions de personnes sont touchées par la dépression dans le monde. Les obstacles à l’accès à un traitement approprié, notamment le manque de ressources, de professionnels qualifiés et de diagnostic, font qu’environ 85 % des personnes concernées ne sont pas traitées. Numinus informe qu’au Canada seulement, on estime à 51 milliards de dollars le fardeau économique annuel résultant de la maladie mentale, un Canadien sur deux étant affecté par des problèmes de santé mentale avant l’âge de 40 ans.

Ce sont des statistiques comme celles-ci qui incitent les professionnels de la santé et les gouvernements à s’unir pour rechercher, développer et élargir l’accès à des modalités de traitement plus larges afin d’améliorer les options existantes.

La révélation que les psychédéliques peuvent être utilisés pour gérer et traiter les maladies mentales n’est pas nouvelle. De telles approches ont été catalysées par la découverte par le chimiste Albert Hofmann du diéthylamide de l’acide lysergique, communément appelé LSD ou, plus familièrement, acide, en 1943, qui a déclenché la découverte et la recherche à grande échelle d’autres psychédéliques et de leur impact sur la psychologie humaine tout au long des années 1950 et 1960, en utilisant des sujets humains. Les résultats de ces études ont été publiés dans des centaines d’articles académiques.

Que dit-on sur le chemin de l’enfer ? Dans ce cas, il a vraiment été pavé de bonnes intentions ; cependant, ces bonnes intentions n’ont pas pu voir le jour lorsque les États-Unis ont adopté la loi sur les substances contrôlées de 1970, plaçant le LSD, la psilocybine et d’autres substances psychédéliques dans la catégorie des drogues à usage restreint. La guerre contre les drogues du président Nixon a réussi à réduire (voire à supprimer) le financement public pour la recherche de nouveaux projets dans le domaine des psychédéliques.

Malgré le manque de financement public, une poignée de scientifiques éminents, dont Albert Hofmann, ont poursuivi leurs recherches discrètement, tandis que des organisations à but non lucratif se sont présentées pour plaider en faveur de ces recherches à partir des années 1980. Cette résurgence s’est poursuivie dans les années 1990 et 2000, pour aboutir à l’époque actuelle. Aujourd’hui, les scientifiques et les chercheurs étudient à nouveau les psychédéliques en vue de leur utilisation potentielle dans le traitement des troubles de santé mentale, notamment le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et la dépression. Contrairement aux études des années 1940-60, ces recherches sont aujourd’hui menées dans des environnements hautement contrôlés.

Une étude de 2011 s’est concentrée sur les effets de la thérapie à la psilocybine sur les patients atteints de cancer avancé et d’anxiété. Elle a révélé que les patients ont démontré une réduction du stress et de l’anxiété ainsi qu’une amélioration de leur humeur deux semaines après le traitement. Une étude plus récente menée par la NYU sur des patients atteints de cancer a révélé qu’après six mois et demi, 60 à 80 % des patients “…ont montré une réduction cliniquement significative de la dépression, de l’anxiété et de la détresse existentielle ainsi qu’une amélioration de l’attitude face à la mort”.

Note l. LSG :
Ceci parait évident vu que les cérémonies Shamaniques apportent l’expérience directe que la mort n’existe pas !
Les gens confondent le corps physique avec ce qu’ils sont en réalité, c’est terrible cette confusion ! Cela provoque bon nombre de peurs délirantes et irréelles et des troubles mentaux graves, le principal étant appelé : l’égo (identification au corps physique et aux pensées).

Ces progrès actuels amènent à se demander où nous en serions aujourd’hui si la guerre contre les drogues n’avait pas eu d’impact sur la recherche psychédélique du passé. Serions-nous aujourd’hui confrontés à cette épidémie mondiale de problèmes de santé mentale si la recherche sur les psychédéliques avait continué et si ces traitements avaient été intégrés dans notre système de soins de santé ?

Des sociétés telles que Numinus s’efforcent aujourd’hui de fournir des thérapies psychédéliques sûres, fondées sur des preuves, en conjonction avec les solutions existantes pour aider les gens à guérir et à soulager le monde de la douleur et des conséquences de la santé mentale et des dépendances. Bien que la psilocybine soit communément appelée “champignons magiques”, le PDG de Numinus, M. Nyquvest, commente que “ce ne sont pas des pilules magiques ; il faut beaucoup de travail et de thérapie autour, mais nous pensons qu’il y a une très grande opportunité d’avoir un impact énorme sur la santé mentale”.

Source : Hélène Clabecq

Helene Clabecq est une intervieweuse et consultante en marques personnelles spécialisée dans les récits de percées. Ses récits sont centrés sur les thèmes du potentiel humain, de la conscience et de la transcendance. Plus d’informations sur son travail ici : www.livesdisrupted.com

Note L. LSG :

J’en reviens toujours au même concernant les sujets sur la psilocybine, les labos veulent vous vendre ce qui est gratuitement fourni par la nature. Aucun médecin n’est un Shaman !
Les vrais spécialistes du sujet sont les Shamans, en aucun cas un gouvernement, un labo ou un médecin. Eux la seule chose qui les intéressent, c’est pas votre santé mais leur pognon et le contrôle sur vous.

J’organise des séances Shamaniques depuis 2015, j’ai assisté plus de 500 personnes dans leur traitement spirituel duquel découle la guérison de tous les corps subtils jusqu’au corps physique, je sais de quoi je parle…

Namaste

L.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments