La Force Spatiale a-t-elle été retardée de près de 20 ans pour faciliter le projet d’un Space Pearl Harbor ?

0
4235
3.7 3 votes
Évaluation de l'article

 

La Force Spatiale a-t-elle été retardée de près de 20 ans pour faciliter le projet d’un Space Pearl Harbor ?

par DR MICHAEL SALLA ON OCTOBER 1, 2020.

La force spatiale américaine récemment créée est largement considérée comme l’invention du président Donald Trump, ce qui a par la suite suscité la suspicion, voire l’opposition pure et simple, de ceux qui pensent qu’il s’agit d’un projet issu d’une vanité grandiose mais sans véritable signification pour la sécurité nationale.

Cependant, la première proposition de force spatiale remonte à une “Commission spatiale” bipartite établie sous l’administration Clinton qui a remis un rapport détaillé le 11 janvier 2001, recommandant un nouveau service spatial militaire appelé “Space Corps”. L’objectif principal de la Space Corps serait d’empêcher la création d’un futur ” Pearl Harbor Spatial”.

Ce qui est encore plus intrigant pour retracer l’origine historique de la Force Spatiale, c’est que la Commission Spatiale était dirigée par Donald Rumsfeld, un ancien Secrétaire à la Défense (1975-1977), qui a un mystérieuse  histoire dans les enquêtes sur les OVNI, l’étude et la rétro-ingénierie des technologies extraterrestres récupérées, et dans le recrutement d’individus pour des Programmes Spatiaux Secrets.

La direction de la Commission Spatiale par M. Rumsfeld, et sa seconde nomination en tant que Secrétaire à la Défense (2001-2006) sous le Président George Bush, ont conduit les membres de la Commission à croire qu’une législation pour la création d’une Force Spatiale était imminente.

Ce qui s’est passé huit mois plus tard a complètement anéanti tout espoir d’une éventuelle législation créant une Space Corps, l’attaque du 11 septembre, dont les preuves suggèrent qu’il s’agissait d’une attaque sous faux drapeau orchestrée par l’État Profond.

Justement la veille, Rumsfeld avait admis en direct à la télévisio, que le Pentagone n’était pas en mesure de rendre compte correctement de la disparition de 2,3 trillions de dollars.

https://www.youtube.com/watch?v=IVpSBUgbxBU&feature=emb_logo

Cela avait conduit à de nombreuses spéculations sur le fait à savoir si l’une des motivations de l’attaque du 11 septembre était d’empêcher des enquêtes sérieuses sur les trillions manquants.

Étant donné le rôle de leader joué par Rumsfeld dans la proposition de la création d’une Space Corps, sa deuxième nomination ultérieure au poste de secrétaire à la Défense et sa révélation des trillions manquants, on peut se demander si un autre objectif clé de l’État Profond en lançant l’attaque du 11 septembre, était d’empêcher la création d’une Space Corps ?

Si c’est le cas, il semble qu’un Pearl Harbor de l’espace soit un scénario que l’État Profond a facilité depuis au moins 2001, et qu’il préparait le terrain pour que les responsables américains reconnaissent la réalité d’une telle menace tout en ne faisant rien pour l’empêcher.

Il convient de commencer par ce que le rapport de la Commission a dit sur la création d’un service spatial militaire. Le titre du rapport est

“Commission to Assess United States National Security Space Management and Organization”,

(Commission chargée d’évaluer la gestion et l’organisation en matière de sécurité nationale spatiale aux États-Unis).

Et il a été remis neuf jours avant la fin de l’administration Clinton, le 20 janvier 2001.

Le rapport débute en affirmant que ses membres ont été nommés sur une base bipartite par les membres de rang des deux partis siégeant dans les commissions des services armés de la Chambre des Représentants et du Sénat. Il se concentre sur la sécurité spatiale et souligne l’importance d’empêcher un ” Pearl Harbor de l’espace ” provenant d’un adversaire majeur :

“Une attaque sur des éléments des systèmes spatiaux américains pendant une crise ou un conflit ne doit pas être considérée comme un acte improbable. Si les États-Unis veulent éviter un “Space Pearl Harbor”, ils doivent prendre au sérieux la possibilité d’une attaque contre les systèmes spatiaux américains.

Les dirigeants de la nation doivent s’assurer que la vulnérabilité des États-Unis est réduite et que les conséquences d’une attaque surprise contre les moyens spatiaux américains soient limitées quant à leurs conséquences..” Space Commission Report, pp. viii-ix

Afin de se préparer pleinement aux futures éventualités concernant l’espace et à toute attaque surprise, le rapport de la Commission a demandé la création d’un “Space Corps” en tant que nouveau service militaire au sein du département de l’armée de l’air, pour devenir ensuite un département distinct :

“Un Space Corps au sein du Département de l’Armée de l’Air peut être un modèle approprié en soi ou une station de cheminement utile dans l’évolution vers un Département Spatial. Un modèle est la relation entre l’armée de l’air et l’armée de terre pendant la Seconde Guerre mondiale. Les forces, installations, unités et personnel spatiaux existants de l’Armée de l’air et les missions spatiales militaires pourraient être transférés à un Corps. Un corps spatial pourrait avoir l’autorité pour l’acquisition et l’exploitation de systèmes spatiaux, peut-être pour inclure à la fois les systèmes du ministère de la défense et de la communauté du renseignement, tout en tirant parti des fonctions de logistique et de soutien existantes de l’armée de l’air.” (Space Commission Reportp.81)

Ce qui est surprenant ici, c’est la remarquable similitude de ce que la Commission a recommandé, avec la proposition, présentée 18 ans plus tard par le président Trump, d’une force spatiale.

Dans la directive 4 sur la politique spatiale, publiée le 19 février 2019, Trump a declaré:

“le Ministère de la Défense doit prendre des mesures, dans le cadre de l’autorité existante, pour mobiliser ses ressources spatiales afin de dissuader et de contrer des menaces dans l’espace, et pour élaborer une proposition législative visant à établir une force spatiale américaine en tant que sixième branche des forces armées américaines au sein du Département de l’Armée de l’Air. Il s’agit d’une étape importante vers un futur département militaire pour l’espace”.

Ce processus évolutif en deux étapes est un indice important du fait que la Space Force n’était pas simplement une création spontanée de Trump’s, ce qui semblait être le cas la première fois   qu’il a soulevé la question d’une manière “pas vraiment sérieuse” lors d’un discours à l’USMC Miramar Air Station en mars 2018:

Ma nouvelle stratégie nationale pour l’espace reconnaît que l’espace est un domaine de combat tout comme la terre, l’air et la mer. Nous pourrions même avoir une force spatiale…. Vous savez, je le disais l’autre jour parce que nous faisons un travail énorme dans l’espace. J’ai dit “peut-être avons-nous besoin d’une nouvelle force, nous l’appellerons la force spatiale”. Et je n’étais pas vraiment sérieux, et puis j’ai dit “quelle bonne idée, peut-être que nous devrions le faire”.

Les similitudes entre la directive 4 de Trump sur la politique spatiale et le rapport de la Commission spatiale, 18 ans plus tôt, suggèrent que Trump a été informé par des personnes connaissant le rapport et que l’idée d’un service spatial militaire bénéficie toujours d’un soutien important au sein du Pentagone.

Il est important de souligner le rôle essentiel joué par M. Rumsfeld, qui a été nommé président de la Commission, en faisant ses recommandations pour une Space Corps. L’importance de Rumsfeld est soulignée par le journaliste  John Tirpak, qui a écrit  sur le rapport de la Commission de l’espace pour le magazine Air Force du 1er mars 2001 :

Au cours de la dernière décennie, l’espace militaire a généré un flot de rapports de la part de groupes d’experts. Cependant, les recommandations formulées en la matière pourraient avoir un poids considérable car son président, Donald H. Rumsfeld, est devenu secrétaire à la défense…. Rumsfeld a démissionné de son poste de président du panel lorsque le président Bush l’a appelé à la tête du Pentagone, à peine deux semaines avant que la commission ne publie son rapport final. Cependant, on dit que le rapport reflète en grande partie la pensée de Rumsfeld sur les questions d’organisation spatiale et pourrait bien servir de plan directeur pour la réorganisation de la défense spatiale.

Le rôle de Rumsfeld a conduit au général Ronald Fogelman, chef d’état-major de l’USAF récemment retraité (1994-1997) et membre éminent de la Commission Spatiale de 2001  de déclarer publiquement  que la création d’une Space Corps était imminente:

Le président de la commission, Donald Rumsfeld, est maintenant le secrétaire à la Défense, et les questions d’espace militaire sont donc fraîches dans son esprit, a déclaré Fogleman. Il a ajouté qu’une sorte de restructuration se produira probablement bientôt.

“Si j’étais un parieur, je vous parierais que dans la proposition législative [du ministère de la défense] qui sera présentée au Congrès cette année, il y aura ceci”, a déclaré M. Fogleman.

Le 10 septembre 2001, Rumsfeld est apparu à la télévision en direct,  et a déclaré que le Pentagone  ne pouvait pas justifier 2,3 trillions de dollars pour l’exercice 1999.

Il s’agissait d’argent qui ne pouvait pas être retracé par l’inspecteur général du Pentagone, qui avait décrit des anomalies similaires avec le budget du Pentagone en 1998 et 2000. Dans mon rapport des Black Budget Report, de 2003

J’ai expliqué comment les trillions manquants faisaient partie d’un énorme budget noir non officiel, géré par la CIA et créé pour financer un deuxième projet Manhattan – un grand nombre de programmes d’accès spécial non reconnus impliquant la recherche et le développement des technologies extraterrestres récupérées.

Extrait de  The Black Budget Report

Rumsfeld a déclaré dans son interview qu’il mènerait une guerre bureaucratique pour apporter des changements afin de suivre correctement l’argent qui transite par le Pentagone.

L’admission remarquable de Rumsfeld a été éclipsée dès le lendemain par l’attaque du 11 septembre. Son aveu soulève un certain nombre d’explications possibles quant à cette séquence d’événements et à la mise en sommeil effective d’une Space Corps pour les années à venir.

Une explication est que Rumsfeld faisait partie d’un groupe de “Chapeaux blancs” qui voulaient exposer ou rediriger une partie de l’argent du budget noir transitant par le Pentagone pour financer de nouveaux projets tels que sa proposition de Space Corps qui empêcherait un futur Space Pearl Harbor.

Une deuxième explication est que Rumsfeld était un “chapeau noir” pleinement informé de la prochaine attaque sous faux drapeau et qu’il voulait diffuser la nouvelle des trillions manquants à un moment où ce sujet serait complètement occulté par la prochaine attaque sous faux drapeau et la guerre mondiale contre le terrorisme qui allait par la suite dominer l’administration Bush.

Enfin, Rumsfeld était un “chapeau gris” qui devait jouer simultanément les rôles contradictoires de directeur de la guerre mondiale contre le terrorisme du Pentagone, qui a effectivement empêché la création d’une Space Corps, tout en faisant en coulisse ce qui était possible pour nourrir l’idée d’une future Space Corps.

Cette dernière explication est renforcée par les circonstances entourant le licenciement de Rumsfeld le 18 décembre 2016, en raison de son soutient les retraits successifs de troupes de l’Iraq, et son opposition à  la relance  recommandé par des conseillers militaires supérieurs et mis en œuvre par son successeur, Robert Gates, en janvier 2007.

Quelle que soit la relation précise entre Rumsfeld, les trillions manquants, le financement d’une Space Corps et les attaques du 11 septembre, une chose est claire. La guerre contre le terrorisme qui a suivi a conduit le Pentagone à donner la priorité au financement d’interventions militaires dans tout le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Le financement potentiel de la création d’une Space Corps a été mis en veilleuse, et il a été ressuscité près de deux décennies plus tard par le président Trump.

Dans l’intervalle, la Chine a secrètement construit une grande Navy Spatiale qui sera bientôt capable de mener un Space Pearl Harbor envisagé dans le rapport de la Commission de l’Espace de 2001. La Navy Spatiale Secrète de la Chine a été révélée par le Lieutenant Général Steven Kwast (USAF ret.)

 Dans une conférence de septembre 2019 :

La Chine est notre compétiteur. La Russie est notre compétiteur. Ils voient la puissance de l’économie de l’espace … et ils se précipitent vers ce futur…. La Chine a déjà construit l’organisation, la stratégie, la doctrine et la technologie, et les constructeurs de sa force de garde dans l’espace. Elle est en train de construire une flotte dans l’espace avec l’équivalent de cuirassés et de destroyers qui seront capables de manœuvrer, de tuer et de communiquer dans une position de domination.

La force spatiale sera-t-elle financée et développée à temps pour empêcher qu’une telle attaque ne se produise ? Sera-t-elle capable d’intégrer avec succès un nombre restreint mais très avancé d’engins anti-gravité qui faisaient partie d’un programme spatial secret développé et déployé par l’USAF dans les années 1970 ?

Actuellement, le Congrès des États-Unis n’a pas adopté les projets de loi de crédits de défense nécessaires au financement des nouveaux projets envisagés par la Force Spatiale pour 2021.  Ce retard a conduit à  un blâme pour le retard du Congrès  par le chef des opérations spatiales, le général Jay Raymond, qui s’inquiète du fait que les nouveaux projets de la force spatiale seront retardés pour une bonne partie de l’année 2021.

Ce retard du Congrès est-il un autre stratagème de l’État Profond pour ralentir le déploiement de la Force Spatiale afin de faciliter une frappe débilitante de type Space Pearl Harbor par la Chine et/ou un autre adversaire majeur dans un avenir proche ?

© Michael E. Salla, Ph.D. Copyright Notice

[Note: for audio version of this article, click here]

https://exopolitics.org/was-space-force-delayed-nearly-20-years-to-facilitate-a-space-pearl-harbor/

Traduction Estelle Petite Étoile


Je soutiens la Presse Indépendente :
3.7 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments