Facebook cherche à cibler par la publicité les jeunes vulnérables

8
2470
0 0 voter
Évaluation de l'article

Nouveau scandale : non content d’avoir été épinglé en 2014 pour une expérience de « manipulation émotionnelle » menée deux ans plus tôt sur 700.000 utilisateurs, Facebook remet ça. Selon un rapport intercepté par le quotidien The Australian, le réseau social est déterminé à cibler les jeunes, vulnérables – pour, évidemment, en tirer de l’argent, plus d’argent, via la publicité.

A l’heure où l’entreprise de Zuckerberg affiche des résultats insolents (au premier trimestre 2017, chaque utilisateur lui a rapporté en moyenne 4,23 dollars et il y a quasi deux milliards de profils…), il est essentiel de porter une attention aiguë sur ses méthodes à l’éthique très, très souple et de plus en plus secrète.

En langage plus concret, on parle de prédateur.

Des recherches émotionnelles sur les jeunes

Le quotidien The Australian a mis la main sur un document interne de l’antenne australienne de Facebook. Ces 23 pages, à destination d’une banque australienne, nous apprennent que le réseau social est capable d’identifier les moments de « vulnérabilité » chez ses jeunes utilisateurs, autrement dits leurs humeurs et leurs faiblesses.

Si le document n’a pas été publié tel quel, le quotidien affirme qu’en fonction des textes, commentaires ou photos (entre autres données) publiés par les adolescents, Facebook sait, grâce à un algorithme, déterminer leur ressenti passager. La plate-forme a ainsi ciblé 6,4 millions de jeunes australiens, dont près de 2 millions d’étudiants du secondaire âgés de 14 ou 16 ans, qui se sentaient « vaincus », « submergés », « stressés », « anxieux », « nerveux », « stupide », « idiot », « inutile » et « en échec »….

Pour quel bénéfice ? Celui, évidemment des annonceurs, manne permanente de Facebook (97 % de son chiffre d’affaires). Plus les publicités sont ciblées, plus elles valent cher… Rien qu’en 2015, Facebook a réalisé près de 8 milliards de dollars de recettes sur la publicité numérique.

Facebook : l’éthique du fric

La réaction de la société de Mark Zuckerberg a été laconique : « l’analyse réalisée par un chercheur australien avait pour but d’aider les annonceurs à comprendre comment les gens s’expriment sur Facebook. Elle n’a jamais été utilisée pour des publicités ciblées, et s’est basée sur des données anonymisées » (le rapport insistait pourtant sur le fait qu’il n’était pas disponible au public et n’était partageable qu’en vertu d’un accord de non-divulgation, ce qui veut tout dire…)

La société admet quand même que ce travail de recherche « n’a pas suivi la procédure » de l’entreprise. Mais que, face à leurs fameux processus d’évaluation éthique (que personne n’a jamais pu voir), ce n’était pas une violation majeure du protocole de recherche, juste un « oubli » mineur…

Elle a promis qu’elle n’avait pas utilisé ces données émotionnelles comme sélecteurs de publicités, mais a refusé de dire qu’elle ne le ferait à l’avenir sous aucun prétexte… Les scrupules éthiques sur les impacts potentiels sur une population aussi vulnérable que les mineurs, elle n’en a pas. Les comités d’éthique institutionnels des universités (IRB), aux Etats-Unis, font grand foin des impacts sur les participants lors des larges études de recherche …. mais quand il s’agit des plus grands récepteurs de données humaines mondiaux, on n’entend plus personne.

Les promesses de Facebook sur la vie privée et la publicité n’engagent, décidément, que ceux qui les réclament.

La publicité ciblée : l’enjeu de demain

L’entreprise avait pourtant été l’objet, en 2014, d’une « Préoccupation Éditoriale » de la part de la PNAS (Académie nationale des sciences), lorsqu’une étude avait montré qu’elle avait manipulé les émotions des utilisateurs. Mais apparemment, rien n’y a fait.

Et aujourd’hui, la fête continue, dans le secret, du coup. Et sans aucun contrôle. Direction les jeunes, cibles de choix, ultra-influençables et archi-conditionnables.

Nous sommes d’ores et déjà des rats de laboratoires. Comme l’écrivait le journaliste de Forbes, « bienvenue dans la sombre réalité des médias sociaux, c’est le prix que vous payez pour votre compte « gratuit » Facebook ».

Source : http://reinformation.tv/facebook-jeunes-publicite-jallais-69646-2/

Jonathan


Je soutiens la Presse Indépendente :
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Laly Berton
Membre
Laly Berton
Août 26, 2017 8:45

Bonsoir !
Vous pouvez rajouter svp, le bouton de VK, les exclus de facebook comme moi, s’y rejoigne, merci !

rebel
rebel
Mai 22, 2017 10:05

Facebook cible les jeunes vunérables et “stop mensonges” ceux de l’alernatif et du spirituel, ( ratisse large) laurant dit “free man”= homme libre, n’est paslibre mais inféodé à la secte oneness, avec julie aubier, ce qui veut dire qu’ils ont “des maîtres”, shri bhagwan amma, qui se prennent pour les… Lire la suite »

bazar
bazar
Mai 22, 2017 12:37
Reply to  Jonathan

Bonjour tous le monde, le problème qui existe sur la toile du web, et je fais une distinction avec Internet qui est le réseau des réseaux, Facebook n’existe que depuis 2005, c’est un outil du mondialisme que stopmensonges et d’autres veulent combattre, comment peut-on combattre des succursales en continuant de… Lire la suite »

beaumagnus
Membre
beaumagnus
Mai 23, 2017 11:03
Reply to  Jonathan

Le monde n’est que sectes et il ne faut pas nécessairement prendre ce terme au sens péjoratif, on a juste à le voir dans son sens originel “Ensemble de personnes qui adhèrent aux mêmes croyances, doctrines religieuses ou philosophiques” et à ce titre le christianisme, le judaïsme, l’islam sont des… Lire la suite »

TAO
Membre
TAO
Mai 21, 2017 10:00

Effectivement surfer sur la toile peut être aussi diabolique que génial et il faut être initié pour eviter les pièges, donc informer impérativement nos petits êtres spirituels le plus tôt possible.Merci Jonathan pour eux, il vaut mieux prévenir que guérir. NAMASTE TAO.

Joule
Membre
Joule
Mai 22, 2017 10:37
Reply to  TAO