đŸ‡ș🇾 Elections amĂ©ricaines ⭐ ConfĂ©rence de presse de la campagne Trump – 9 Nov 2020

1
2120

Bonjour tout le monde, je suis Kayleigh McEnany, je suis ici aujourd’hui en tant que conseillĂšre de la campagne Trump. Cette Ă©lection n’est pas terminĂ©e. Loin de lĂ .

Nous n’avons fait que commencer Ă  obtenir un dĂ©compte prĂ©cis et honnĂȘte des votes. Nous nous battons pour les droits de tous les AmĂ©ricains qui veulent avoir foi et confiance, non seulement dans cette Ă©lection mais aussi dans les nombreuses Ă©lections Ă  venir.

Il n’y a qu’un seul parti en AmĂ©rique qui s ‘oppose Ă  l’identification des Ă©lecteurs. Un seul parti en AmĂ©rique qui s’oppose Ă  la vĂ©rification des signatures, de la citoyennetĂ©, de la rĂ©sidence, de l’Ă©ligibilitĂ©.

Il n’y a qu’un seul parti en AmĂ©rique qui essaie de maintenir les observateurs hors de la salle de dĂ©pouillement et ce parti, mes amis, c’est le Parti dĂ©mocrate. Vous ne prenez pas ces dispositions parce que vous voulez une Ă©lection honnĂȘte. Vous ne vous opposez pas Ă  un audit du vote parce que vous voulez un dĂ©compte prĂ©cis.

Vous ne vous opposez pas Ă  nos efforts de transparence et de tout mettre au grand jour parce que vous n’avez rien Ă  cacher. Vous prenez ces rĂ©solutions parce que vous vous rĂ©jouissez de la fraude et du vote illĂ©gal. Notre position est claire. Nous voulons protĂ©ger le droit de vote du peuple amĂ©ricain.

Nous voulons un dĂ©compte honnĂȘte, prĂ©cis et lĂ©gal. Nous voulons un maximum de lumiĂšre. Nous voulons un maximum de transparence. Nous voulons que chaque vote lĂ©gal soit comptĂ© et nous voulons que chaque vote illĂ©gal soit Ă©cartĂ©.

Contrairement Ă  nos adversaires, nous n’avons rien Ă  cacher. L’intĂ©gritĂ© de notre Ă©lection est importante. La Constitution des États-Unis est importante. Ce que nous avons vu dans tout le pays, c’est que les responsables dĂ©mocrates essaient systĂ©matiquement de contourner la constitution pour faire pencher la balance Ă©lectorale en leur faveur.

Comme l’a Ă©crit le juge Gorsuch dans l’affaire DNC v. Wisconsin State Legislature, «Notre effort pour faire respecter la constitution est mis Ă  l’Ă©preuve par des temps difficiles, et non par des temps faciles. Les changements de derniĂšre minute apportĂ©s Ă  des rĂšgles Ă©lectorales de longue date risquent Ă©galement d’entraĂźner d’autres problĂšmes, provoquant la confusion et le chaos et Ă©rodant la confiance du public dans les rĂ©sultats Ă©lectoraux».

La Pennsylvanie est un cas d’Ă©cole Ă  cet Ă©gard. Permettez-moi de passer en revue trois points qui se sont produits en Pennsylvanie. PremiĂšrement, Ă  Philadelphie, les observateurs des sondages qui sont lĂ©galement autorisĂ©s Ă  ĂȘtre lĂ  et Ă  observer le dĂ©compte des votes ont Ă©tĂ© empĂȘchĂ©s d’observer le dĂ©compte.

Nos observateurs ont été placés derriÚre des barricades dans une salle immense. Ils se trouvaient à plusieurs mÚtres du processus de comptage et, en fait, lorsque vous regardez toutes les tables, à plusieurs centaines de mÚtres des tables situées tout au fond. Ils étaient complÚtement dans le noir, complÚtement incapables de superviser le décompte des votes comme ils en avaient le droit.

Un observateur sur place l’a dĂ©crit ainsi. «Imaginez ĂȘtre sur un terrain de football. Vous ĂȘtes sur la ligne des dix yards et vous devez faire un appel dans la zone du but de l’autre cĂŽtĂ© du terrain».

C’est inacceptable.

Un tribunal intermĂ©diaire s’est prononcĂ© en faveur de la campagne, en faveur de la transparence en permettant aux observateurs du scrutin d’observer le dĂ©compte, mais qu’a fait la Cour suprĂȘme dĂ©mocrate de Pennsylvanie ? Elle a prononcĂ© un sursis administratif qui a eu pour effet de repousser nos observateurs et de leur refuser l’accĂšs qu’ils mĂ©ritent pour assister au dĂ©compte.

Posez-vous la question suivante.

Que cachent les démocrates de Pennsylvanie ?

Pourquoi les observateurs ne peuvent-ils pas simplement observer le décompte ?

DeuxiĂšmement, l’article 1, section 4 de la Constitution des États-Unis stipule clairement que «le moment, le lieu et les modalitĂ©s de l’Ă©lection des sĂ©nateurs et des reprĂ©sentants sont prescrits dans chaque État par le corps lĂ©gislatif de celui-ci».

—Note L. LSG—

Cela me rappelle le déni de démocratie en France avec Maastricht et le traité de Lisbonne.

C’est Ă  cette Ă©poque que j’ai lĂąchĂ© tout ce qui concerne la soit disante dĂ©mocratie (dĂ©mon-cratie), et que j’ai comprit tout le manĂšge de l’illusion dĂ©mocratique.

Namaste

L.


S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
alphabeta
Membre
alphabeta
Nov 13, 2020 6:48

Bonjour
Une info importante aux français
https://odysee.com/@Miniver:4/RobertDavidSteele:e
merci ++